Le tribunal militaire est désormais installé  depuis ce jeudi. Les magistrats ont prêté serment devant les personnalités suivantes : Le ministre de la Justice ; le ministre délégué de la Défense et le haut Commandant de la gendarmerie, patron de la Justice militaire. Les juges militaires sont au nombre de vingt-quatre. «Cette cérémonie marque sans nul doute une avancée importante dans l’édification  de l’état de droit,  de la démocratie  et de la bonne gouvernance en Guinée. Elle marque aussi le succès des réformes dans le  secteur de la Sécurité et de la Justice. C’est la raison pour laquelle  il me plait de saluer la vision prospective ainsi que les orientations stratégiques de Monsieur le Président de la République, Président du conseil supérieur de la Magistrature allant dans le sens  de faire émerger en Guinée une justice réhabilitée, efficace et crédible au service de la paix et du développement», a affirmé Cheick Sacko, ministre de la Justice.

Aussi, il lance un appel aux magistrats militaires : « Votre nouvelle profession doit tendre à valoriser la justice  et faire en sorte que vos compagnons d’armes à l’instar des autres citoyens soient égaux devant la loi et respectueux de l’institution judicaire que vous incarnez désormais. Je vous exhorte au respect de l’éthique et de la déontologie de votre nouvelle profession.  Car le magistrat est le seul  agent de l’Etat dont l’indépendance  est consacrée par notre  constitution.»

Ils sont issus de différents corps, l’armée de terre, de l’air et de mer. Rompus aux concepts de l’appareil judiciaire, ils semblent mieux outillés après avoir suivi quelques  mois de formation. La réforme de l’armée, constitue l’une des priorités d’Alpha Condé. Le Président de la République souhaite ainsi donner une autre image à la justice avec de nouveaux mécanismes de fonctionnement en la rendant plus indépendante et crédible.

JB.