Dans l’émission Cartes sur table de Ndimba radio (100.1 FM), ce mercredi 20 décembre 2021, l’ancien sociétaire du Syli national et membre du Comité de soutien au Syli, Lucien Beindou Guilao, a commenté les propos du colonel Mamadi Doumbouya, chef de la Transition, qui dit ne pas vouloir entendre de l’affaire de clans dans l’équipe nationale.

« En tant qu’ancien du Syli, je ne peux qu’être optimiste et espérer que cette équipe en allant au Cameroun, joue en équipe. Ce qui n’a pas été le cas en Egypte avec plusieurs petits clans, nous espérons cette année que le message du président Mamadi Doumbouya, est tellement clair qu’il y a plus de question à se poser. Si moi je suis dans cette équipe et que j’écoute ce message je repars galvanisé. Parce qu’il n’a pas arrêté de dire j’ai confiance en vous, redonner à la Guinée sa grandeur, allez-y, je suis avec vous mais qu’il n’y ait pas des clans et n’abandonnez pas l’équipe à la merci de l’adversaire. Mais moi j’ai trouvé que tout le monde s’était appesanti sur si vous ne ramenez pas la coupe rembourser l’argent, le Guinéen aime ça, mais le vrai message du président n’est pas là, c’est un discours de capitaine d’équipe et c’est un message de Coach. Moi à la place du capitaine du Syli sur le terrain, à chaque fois je verrai un de mes coéquipiers sur le terrain, ne pas faire ce qu’on lui a dit de faire, je le ramènerai dedans », a-t-il dit.

Poursuivant, Lucien Guilao a rappelé : « Moi lorsque je jouais au Syli, y avait plus de la moitié des matchs je payais mes propres billets et après le match, je reprends mon avion sans demander une prime. Ce n’est pas 30 ans après qu’on va me demander les 100 000 que tu as reçus là-bas comment tu les as utilisés. Moi j’ai donné pour le Syli et je sais ce que le Syli m’a donné au retour et ça me vexe qu’on me le demande. Je ne me servirai jamais du Syli national pour gagner de l’argent à partir du moment où j’ai donné au Syli national et le Syli m’a apporté une certaine notoriété », a-t-il répondu à ceux qui croient que les membres du comité de soutien travailleraient pour s’enrichir.

Sur la question de la crise qui secoue la fédération guinéenne de football, l’ancien candidat au poste de vice-président de la Féguifoot a déclaré : « J’étais candidat et je suis encore dans ma tête, candidat pour la prochaine fédération qui sera issue des élections. Ce qui se passe aujourd’hui est tout à fait normal. Le CONOR est en train de faire son travail et c’est sûr que cela ne va pas plaire à certains mais va plaire à d’autres. Mais il faut que ce CONOR fasse son travail dans les délais pour qu’on ait une Fédération normalement installée. Au moment du congrès électif nous avions dit qu’il n’y a que des conflits d’intérêts dans notre football, mais ils nous ont pris pour des brebis galeuses et il serait très difficile de faire un congrès réussi. Les causes de cela sont que nos statuts sont mal interprétés et aujourd’hui il y a un comité de normalisation qui va normaliser les choses pour qu’il y ait plus ces conflits d’intérêts », a-t-il espéré.

Thierno Abdoul Barry pour Guinee7.com