Alors que sa prédiction sur la fin des « mauvaises routes » en Guinée avait fait sensation il y a quelques jours, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, lors d’une rencontre avec la presse, samedi à Conakry, a donné des détails sur ses dires.

« J’ai dit à l’assemblée que dans deux, trois ou quatre ans plus tard, que l’affaire de route sera derrière nous. On a mal interprété. Mais ce que je vous dis là, écrivez-le quelque part. LN1, c’est-à-dire Coyah-Kouroussa, le financement est bouclé. De Coyah à Dabola, 475 kilomètres, le financement est assis sur l’accord-cadre entre la République populaire de Chine et la Guinée sur les 20 milliards. Le financement est bouclé. L’entreprise CRBC est en train de travailler sur la route, n’eut été la période COVID qui a bloqué tous les travaux, en réalité les travaux devraient finir en 2023. Pour Dabola-Kouroussa, les travaux sont exécutés presqu’à 80% sous financement de la Banque islamique de développement. Vous avez PK 83, Kissidougou-Gueckédou, Gueckédou-Kondebadou, qui est financé par la Banque islamique de développement. Vous avez Coyah-Farmoriah dont le financement est assuré par la BAD. Les travaux ont commencé, vous avez Boké-Kebo-frontière Guinée Bissau, avec un financement conjoint de la BID et de la BAD. Vous avez les échangeurs de Bambeto et de Cosa, dont les financements aussi sont bouclés, conjointement financés par le Fonds Koweitien et le Fonds d’Abu-Dhabi il y a juste un mois, le ministre de l’Economie et des finances est allé signer ces conventions. Et il y a deux échangeurs ; l’un est en construction à Kagbelen et l’autre va être au kilomètre 36, dont les travaux sont effectués par CIBITEC dans le cadre de l’accord cadre. Il y a quatre à cinq ponts, dont les financements ont été obtenus auprès de la Hollande, qui vont relier Kiroti à Lambangni. Toutes les routes pour lesquelles les financements sont obtenus, les dispositions sont en train d’être prises pour les exécuter conformément aux standards internationaux requis en la matière. Ces routes, vous pouvez le noter, trois à quatre ans plus tard seront terminées. Notez ça. Parce que je le dis en connaissance de cause. Je ne suis pas un ministre des TP. Je suis ministre du Budget. Pour moi, quand le financement est obtenu et qu’on est dans les histoires de DAO pour les appels d’offres pour la construction de ces routes, il y a des lois supposées et ce n’est pas des financements sur le budget national pour dire les recettes ne sont pas rentrées à tel moment on ne peut pas exécuter. Il s’agit de financements extérieurs », a-t-il déclaré.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com