« Journalisme sensible aux conflits et la gestion des rumeurs », c’est sous ce thème qu’une douzaine de journalistes issus des médias public et privé ont échangé pendant deux jours à Conakry. L’atelier qui s’est déroulé les 7 et 8 février dans la capitale guinéenne a été organisé par l’ONG Search for Common Ground.

Selon Madame Aminata Tounkara, qui a tenu la formation, cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet : “Renforcement des capacités électorales et normes ordonnées de la démocratie et de la gouvernance. “ D’après elle, l’initiative de son institution fait suite à un constat non chatoyant au niveau du travail des médias de la République de Guinée.

« On a constaté qu’il y a beaucoup d’articles qui sont publiés aujourd’hui dans les journaux et sur les sites internet, qui ne sont pas du genre à contribuer à la consolidation de la paix. Chose qui est déplorable. Mais en même temps, on se dit qu’il est question aujourd’hui de revoir un tout petit peu le rôle que nous devons jouer, nous journalistes. En cette période électorale, il est important de rappeler le rôle crucial que nous avons, nous journalistes », a expliqué Madame Aminata Tounkara, la formatrice et en même temps la cheffe du projet.

Et de poursuivre : « c’est une façon pour nous de dire aux journalistes de faire très attention à ce que nous véhiculons comme messages, surtout au niveau de certains sites. Vous avez remarqué que les réseaux sociaux prennent le relais. Il y a beaucoup d’articles aujourd’hui qui sont partagés sur les réseaux sociaux. Et un seul article peut être lu par 5000 ou 10 000 personnes. Je pense que ça, ce n’est pas à négliger. Il faut rappeler donc le rôle que nous devons jouer en cette période, qui est un rôle de maintien de la paix et de la stabilité dans notre pays. »

Maimouna Barry, journaliste, l’une des participantes à cet atelier, dit avoir bien assimilé la formation.  « Ce que j’ai appris dans cette formation, c’est le rôle que le journaliste joue dans la transformation des conflits et le traitement des rumeurs. Actuellement nous sommes dans une période électorale où le moindre petit mot qui n’est pas bien posé peut créer des troubles au sein de la population. Donc, cette formation permet d’outiller les journalistes pour gérer la transformation des conflits et des rumeurs », a-t-elle expliqué.  

Il faut noter que cette formation intervient pendant que le pays traverse une crise socio politique et en pleine campagne électorale pour les élections législatives du 1er mars prochain.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités