Un journal en ligne marocain a annoncé hier qu’un jeune guinéen a été retrouvé mort dans le logement du train principal d’un avion de la RAM, en provenance de Conakry, arrivé ce matin à 6H30 à l’aéroport Mohammed V de Casablanca.

‘‘Un jeune guinéen a été retrouvé mort à l’intérieur du logement du train principal de l’avion CN-ROA B737-800, qui est arrivé ce matin à 6H30 à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Le vol AT526 de la compagnie Royal Air Maroc assurait la liaison Conakry-Casablanca. Dans une tentative d’immigration clandestine, l’homme n’a pas survécu, il serait mort au décollage de l’avion’’, détaille le journal.

Cette information a été confirmée plus tard par la compagnie marocaine. ‘‘Une personne a été retrouvée morte dans la trappe du train d’atterrissage de l’avion qui effectuait dans la nuit du dimanche à lundi, le vol entre Conakry (Guinée) et Casablanca. Visiblement, l’homme d’origine subsaharienne avait accédé à la piste de l’aéroport de Conakry en enfreignant les règles de sécurité en vigueur, avant de se dissimuler dans la trappe du train d’atterrissage de l’avion. Il est décédé dès le décollage de l’avion’’, explique la compagnie dans un communiqué avant de préciser qu’une ‘‘enquête a été ouverte pour définir les circonstances exactes de ce drame’’.

Selon de nombreux témoignages recueillis à l’aéroport de Conakry, des jeunes le plus souvent passent par des mailles des filets de sécurité de l’aéroport de Conakry pour se retrouver sur la piste. ‘‘Ils sont souvent retournés mais il y en a qui réussissent à s’embarquer’’, nous dit un agent de l’aéroport. Ce qui pose un réel problème de sécurité à l’aéroport de Conakry.

Pour rappel, le 2 août 1999, les corps de deux garçons ont été retrouvés dans le train d’atterrissage d’un avion Conakry-Bruxelles. Il y a vingt ans, donc, Fodé et Yaguine, c’est leurs noms, mourraient dans les mêmes circonstances que la personne non identifiée morte dans le logement du train d’atterrissage de la RAM.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com