Ils étaient 23 enseignants volontaires à être déployés dans la région administrative de Mamou, pour appuyer pédagogiquement les candidats au baccalauréat session 2019. Durant 10 jours, ces enseignants volontaires ont partagé leur savoir-faire avec les élèves des préfectures de Mamou, Pita et Dalaba.

Au retour de la région administrative de Mamou, les responsables du projet 224 Objectif Bac étaient devant la presse, ce vendredi 12 juillet 2019, à Conakry, pour faire le point de leur mission dans cette partie de la région du Fouta. La région qui a connu, l’année dernière, le plus faible résultat au baccalauréat unique. 

« On a été surpris de la mobilisation des enfants, du fait qu’ils s’intéressent à ce projet qui au départ laissait croire à une perturbation du processus normal de la programmation des examens, notamment le baccalauréat. Mais c’est tout à fait le contraire ; on a été dans la région de Mamou, on s’est entretenu avec près de 2.000 élèves, on leur a transmis la méthode pour aborder les différents sujets au baccalauréat sans aucune prétention de leur avoir enseigné le programme entièrement », a déclaré Mohamed Aly Condé, coordinateur du projet 224 Objectif Bac.

C’est seulement 13,96% d’admis qu’a enregistré la région de Mamou. Le seul souhait des responsables 224 Objectif Bac est de voir plus d’admis que l’année dernière. « Si cette année, on a un plus de 13,96% d’admissions, on ne pourrait que s’en féliciter. Mais surtout n’oubliez pas ; notre objectif ce n’est pas de nous attirer le mérite, c’est le gouvernement qui organise les examens. Donc, le mérite revient d’abord à ces enseignants qui les ont enseignés. Nous, nous ne sommes venus que pour apporter quelques précisions sur un certain nombre de choses », a précisé Mohamed Aly Condé.  

Après la sélection des enseignants à Conakry, Ibrahima Djouldé Diallo, responsable de la mobilisation des enseignants volontaires, s’est rendu en premier dans la région pour rencontrer les différents responsables de l’éducation au niveau des préfectures. « Mais, il faut dire que le premier contact n’a pas été du tout facile, parce qu’on a plutôt été vus comme des perturbateurs… », a-t-il expliqué.

Et de renchérir, « A Dalaba, nous avions eu beaucoup de difficultés avec le directeur préfectoral de l’éducation (DPE), qui nous avait dit qu’il n’était pas possible que nous travaillions à Dalaba, puisque nous ne disposons pas d’ordre de mission. C’est après plusieurs échanges, avec la complicité de certains contacts au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, qu’il nous a laissés travailler, tout en adhérant à notre initiative. Notre initiative a permis aux autorités de l’éducation de la région de Mamou de comprendre qu’il y avait des professeurs qui ne terminaient pas leur programme ».  

Après cette première expérience, malgré les maigres moyens, 224 Objectif Bac compte poursuivre sa mission d’assister les candidats au baccalauréat, l’année prochaine.

Bhoye Barry pour Guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici