En 2013, Open society initiative for West Africa (OSIWA) et Africa Governance Monitoring and Advocacy Project (AFRIMAP) ont présenté, aux autorités guinéennes les conclusions d’une étude qu’ils ont réalisée afin de savoir les causes réelles de l’inefficacité des organes anti-corruption en Guinée. Cette étude ne s’est pas préoccupée de faire l’état des lieux de la corruption en Guinée ni d’en évaluer l’ampleur. Elle s’est consacrée expressément à un inventaire des mécanismes de lutte contre la corruption en Guinée.

Cherchant à éviter de fonder ces activités sur des données empiriques de la corruption,  l’Agence Nationale de lutte contre la Corruption et infractions assimilées (ANLC) en collaboration avec l’Institut National de la Statistique de Guinée (INS) et sur financement d’OSIWA-Guinée, a réalisé en 2015 une enquête sur l’Indice National de la Perception sur la Corruption et la Gouvernance en Guinée (INPCG), enquête qui lui offre désormais une base de donnée objective, mesurable et quantifiable de la corruption en Guinée.  

L’on peut constater dans ce rapport d’enquête que la majorité des enquêtés (71,3%), estime que le phénomène de corruption a évolué en Guinée. Pour être précis, 37,1% des enquêtés affirment que le phénomène a beaucoup augmenté et ceux qui estiment qu’elle a un peu diminué représentent 35,1%. La comparaison de ces deux résultats montre que la corruption a gagné du terrain, au cours des trois dernières années en Guinée. Et ces résultats sont toujours d’actualité en l’an 2020.

Le rapport INPCG a abouti à la conclusions que le phénomène de corruption en Guinée est toujours confronté à d’importants obstacles liés à la faiblesse de son cadre juridique notamment, l’indépendance approximative des organes de lutte contre la corruption (cour des comptes, juridictions répressives et l’agence anticorruption), qui constitue un frein à la lutte contre la corruption et contribue à renvoyer une image peu reluisante de ces organes, une perception de leur instrumentalisation par le politique, surtout lorsqu’ils sont presque tous placés sous l’autorité administrative de la Présidence de la République et du Ministère de la justice.

Les types et formes de corruptions récurrentes en Guinée :

Tous les secteurs de la vie publique et privée en Guinée sont touchés par la corruption. En effet, 97% des personnes interrogées estiment qu’elle existe sous toutes les formes et de différents types. Cette corruption endémique est principalement due aux dysfonctionnements des différents organes en charge de lutter contre ce fléau. Au regard des statistiques, il est évident que la corruption est fréquente dans tous les secteurs (publics et privés), car les différents pourcentages des scores de l’INPCG-2015 sont tous supérieurs à 50%.

Il ressort de l’étude sur l’INPCG de 2015, que les types des pratiques corruptrices ci-dessous sont considérées monnaie courante :

Pratiques de la corruptionOui en %Non %Ne sait pas %
Donner un travail a un proche qui n’a pas les qualifications requises95,81,92,3
User de son autorité ou de ses relations pour influencer la décision d’une autre personne93,533,5
Demander une faveur/paiement pour un service de son travail89,637,4
Payer un pot-de-vin pour faire sauter une contravention895,25,8
Faire un versement non officiel pour obtenir une confidence805,514,5
Faire un versement non officiel pour se qualifier82,34,413,3
Offrir une faveur/paiement supplémentaire pour accélérer une démarche88,447,6
Exiger ou recevoir de l’argent/cadeau en échange de faveur83,85,610,6
Exonérer illégalement ou ne pas percevoir des impôts et taxes ou céder gratuitement ou ne pas percevoir des impôts et taxes80,35,514,2
  Décider comme lieu d’implantation d’un projet sa circonscription  81,6  8,6  9,8

La corruption se pratique sous plusieurs formes, mais il convient de noter celle qui est la plus courante, c’est l’usage de l’argent liquide selon (56%) des enquêtés. Les répondants qui disent avoir offert un cadeau pour corrompre ne sont pas aussi négligeable, ils représentent 28,6%.  Une autre pratique, qui est d’offrir le charme (sexe) en échange d’un service quelconque selon (20,3%) des enquêtés.  Par contre, la proportion des répondants, qui corrompent en proposant  des services ou des produits gratuits est relativement très faible, elle s’éléve à  (17,4%).

Les formes de pratiques de corruption:

Formes de corruptionouiNon
Pourcentage
Donner de l’argent liquide5644
Offrir des cadeaux28,671,4
Rendre des services en échange22,577,5
Proposer des services ou des produits gratuits17,482,6
Offrir son charme (sexe) en échange d’un service quelconque20,379,7

Au regard des chiffres qui sont parlant, il est urgent de procéder à l’opérationnalisation de l’organe chargé de lutter contre la corruption en Guinée. Aussi, doter le système judiciaire d’équipements techniques nécessaires et de savoir-faire adéquat pour démêler les affaires de corruption et de blanchiment d’argent dans le labyrinthe d’opérations financières complexes sous lesquelles ils se cachent souvent.

Ibrahima Mouhidine DIANE Enseignant chercheur à l’UGLCS

Juriste publiciste – Doctorant –

Tel : 622 49 88 94 / 657 69 88 51

E-mail ; mouhik@yahoo.fr

     Conakry

Publicités