Au cours d’une récente sortie, le ministre en charge des transports a accentué son intervention sur les différentes mesures que son département compte prendre en 2019, pour régulariser le trafic routier. Parmi ces multiples décisions, Aboubacar Sylla a évoqué entre autres l’installation des panneaux de signalisation, la création d’une agence de la sécurité routière, la ré-immatriculation du parc automobile et la biométrisation des permis de conduire.

« Nous avons mille panneaux de signalisation qui vont être livrés dès demain et qui vont être déployés dans les communes de Conakry dans les jours à venir. Nous avons décidé de créer une Agence guinéenne de sécurité routière qui s’appelle AGUISER. C’est une agence dont les textes de création sont déjà au niveau du gouvernement. C’est une agence qui va aider à la mise en place du plan national de la sécurité routière », a annoncé le porte-parole du gouvernement, à l’entame de ses propos.

Parlant du projet de ré-immatriculation de tout le parc automobile guinéen, le ministre des Transports a précisé que cette convention a été signée, il y a à peine quelques semaines, entre son département et celui en charge des Finances d’une part, et une société allemande de l’autre. « Nous allons donc, sans que l’Etat ne débourse un franc, procéder à la ré-immatriculation, dans les mois à venir, de tout le parc automobile guinéen », a t-il expliqué.

Avant d’ajouter: « Nous avons un grand problème aujourd’hui. On n’a aucune idée sur la qualité, sur la composition et l’effectif du parc automobile. Parce que depuis plus de deux décennies, il n’y a pas eu de ré-immatriculation du parc. On n’a pas de statistiques fiables aujourd’hui, pour bâtir des politiques de circulation routière. Ce que nous savons, c’est que chaque année, il y au moins 40 mille véhicules qui sont immatriculés en Guinée, qui viennent s’ajouter donc au parc existant, qui circule sur le même réseau routier. Ce qui explique évidemment la congestion de nos routes et la situation des bouchons qui perdure un peu dans notre capitale. Une situation à laquelle nous allons nous attaquer et que nous espérons voir résolue, au plus tard à la fin de l’année 2019, grâce aux différentes mesures que je suis en train d’évoquer ».

En outre, Aboubacar Sylla a annoncé que son département a l’intention de réformer les auto-écoles qui délivrent des permis de conduire, afin que la délivrance de ces documents se fasse sur des bases réglementaires et légales. « Ensuite, nous avons décidé de biométriser les permis de conduire. J’ai été effaré lorsque j’ai été informé au ministère des Transports, que 80% des permis de conduire guinéens sont des faux, parce que sur les permis de conduire guinéens, il n’y a aucun élément de sécurité qui permet d’empêcher que des faussaires puissent confectionner les permis. Ces faussaires sont installés à la rentrée du CADAC, à Conakry. Dès que vous y arrivez, ils vous interceptent, vous amènent dans un coin et vous fabriquent le permis et la carte grise que vous voulez. Tout ceci va prendre fin très rapidement », a conclu le ministre guinéen en charge des transports.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici