Je supporte la fin puisque toute chose à une fin. J’insupporte la séparation puis qu’elle laisse un vide irremplaçable. Chaque homme est un cas particulier et  une histoire particulière. Chaque relation est  un cas particulier et chaque séparation crée un vide particulier. Une nouvelle relation ne saurait combler le vide d’une bonne séparation.

J’ai connu des hommes. Oui j’ai connu des hommes qui sont rntrés dans ma vie pour sortir peu de temps après  et ceux qui y sont entrés pour y rester.  Rougui était de ceux qui étaient convaincus que lorsqu’une relation est créée, il faut l’entretenir pour la sauvegarder. Elle était convaincue qu’il faut des hommes pour garder les hommes.

Chère présidente, permettez-moi de passer de ‘’vous’’ à  ‘’tu’’ pour me sentir plus prêt de toi. Je sais que du royaume des cieux, tu lis ce papier.

Chère présidente, sais-tu qu’à travers une des missions que tu m’as confiées j’ai trouvé mon bonheur ? Pour la petite histoire : Lors de ma première mission à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia en avril 2010, pour expliquer aux étudiants le projet de société de notre parti politique G.U.R (Guinée Unie pour la Renaissance), aujourd’hui parti fondu dans le RPG-Arc-en-ciel, ce jour, j’avais  fait la connaissance d’une jeune fille  du nom de Stéphanie Zohra Bohui, aujourd’hui madame Hawing Stéphanie Zohra Bohui, mère de Paul Hawing et de Mouctar Hawing. Sans cette mission, aurais-je épousé cette merveilleuse femme ? Paul et Mouctar seraient-ils capables de m’appeler affectueusement aujourd’hui papa ?

Il a fallu cette mission pour que je croise ma femme, et il a fallu cette femme pour que  Paul et Mouctar soient de ma lignée.  Autant je ne peux oublier ma petite famille, autant je ne pourrai t’oublier aussi. Etant convaincu que la vie de chaque homme est un algorithme programmé, j’ai une certitude mathématique que cette mission que vous  m’aviez confiée en avril 2010 faisait partie de l’algorithme de programmation de mon bonheur. Tout comme le mystère de la trinité, Vous, ma Femme et mes Enfants, vous êtes un schéma triangulaire indissociable à ma vie. Je vous ai connue pour avoir cette famille. Vous êtes une femme utilisée pour mon bonheur. Nos destins sont indissociables. La meilleure façon de continuer à vous aimer est d’aimer ma famille. Je promets d’aimer de toute mon âme et de toute ma force cette famille pour honorer votre mémoire.

La meilleure façon de laisser les Hommes qui prieront pour le repos de notre âme est de laisser une œuvre qui sert. Chacun dictera à sa façon les œuvres de Rougui , moi je dirai que ma petite famille est son œuvre dans ma vie.

Chère présidente Rougui, de la mort, j’avais réellement peur. Mais ta mort relativise ma peur et me délivre de 30 % de la crainte de la mort. Car, désormais,  je suis convaincu que le jour où je vais disparaitre de ce bas monde, je te retrouverai dans le royaume des cieux, et je serai content d’être à nouveau avec toi.

Dors en paix chère Rougui !

N.B : Je m’excuse de la qualité du papier, il ne pouvait être bon, car pendant que la main écrivait, le cœur pleurait la beauté RBB et l’esprit était bousculé par beaucoup d’interrogations.

Pr. Guillaume Hawing