Dans un communiqué lu, dans la soirée de ce mardi 14 septembre, à la télévision nationale, le Comité National pour le Redressement et le Développement (CNRD) a annoncé l’abrogation de la mesure de prélèvement des 5% des salaires des fonctionnaires.

Et comme l’on pouvait s’y attendre, le SNE (Syndicat National des Enseignants) qui, à travers son premier responsable, a réagi. Ce syndicat a d’ailleurs toujours dénoncé cette mesure de prélèvement, qu’il qualifie  de « grosse arnaque ».

Selon Pepe Michel Balamou, le secrétaire général du SNE, « le CNRD doit parachever cette décision salutaire, par le rappel des 5 % prélevés sur le salaire du mois d’août des fonctionnaires ».

Pour lui, les nouvelles autorités doivent également « auditer la gestion de l’INAMO ( l’Institut national d’assurance maladie obligatoire) et de la CNPSAE ( la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat) ». Avant d’inviter le Colonel Doumbouya à « dissoudre les conseils d’administration et les directions générales de ces deux caisses, mais aussi à suspendre la contribution de l’Etat qui est à hauteur de 18% ».

Par ailleurs, le camarade Pepe Michel Balamou a lancé: « Le SNE est pour une assurance maladie pour les agents de l’Etat, mais il faut d’abord la réunion des conditions nécessaires à sa mise en œuvre. Le SNE invite également le CNRD à ramener le litre des produits pétroliers à son prix initial à la pompe. À défaut, apporter des mesures d’accompagnement. »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com