Le ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby a fait une communication dimanche soir, sur le plateau du 20h 30 de la RTG. Cette sortie fait suite à la démultiplication des messages haineux et d’incitation à la haine sur les réseaux sociaux en Guinée.

« Nous assistons à une utilisation malheureuse, déplacée des réseaux sociaux. Le gouvernement déploie tous les moyens pour développer la télécommunication et les TIC pour permettre à tous les Guinéens d’avoir accès à Internet, pour que cet accès puisse contribuer au développement du pays. Malheureusement, ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est un usage malheureux, un usage hors normes de ces réseaux sociaux, pour des fins parfois politiques, parfois inavouées de la part de certains de nos compatriotes », a déploré le ministre.

Comment punir les infractions sur les réseaux sociaux ? Quelle loi en fait cas ? « Les articles 26, 27 et suivants de la loi relative à la cyber sécurité et à la protection des données à caractère personnel sont très clairs : ‘‘tout citoyen qui se rendrait coupable d’incitation à la violence, de publication de vidéo, de nature à porter atteinte à la quiétude sociale se verra traduit devant les cours et tribunaux.’’ », répond Mamy Diaby.

Si les ‘’criminels’’ de la toile pensent être intouchables, le ministère des télécoms dit disposer des moyens techniques pour les mettre hors d’état de nuire : « où que vous soyez sur le territoire guinéen, dès que vous vous rendez coupable de publications malveillantes, d’incitation à la haine, nous avons les moyens humains, techniques nous permettant de vous traquer, de vous identifier et de vous traduire devant les cours et tribunaux. »

Alpha Mady pour Guinee7.com