Ce lundi 5 mars, pendant que Kéléfa Sall, président de la Cour constitutionnelle faisait dans son bureau le tirage au sort pour le remplacement du 1/3 des membres de la Cour, les huit autres conseillers étaient réunis pour le destituer. Voici les arguments qui ont été mis en avant pour la destitution.

 

Publicités