Dans les locaux de son ministère, à Kaloum, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Niankoye Lamah, a rassuré l’opinion sur les rumeurs qui ont semé la panique dans le pays, au début de cette semaine. Selon celles-ci, des enfants ont trouvé la mort, suite à une campagne de vaccination.

De prime abord, il a tenu à présenter des excuses, en disant que : « Je voudrais sincèrement au nom du gouvernement, le Premier ministre et singulièrement au nom du président de la République, le Pr. Alpha Condé, présenter nos regrets aux populations concernées. Dorénavant, on va informer tout le monde, y compris les élus locaux et les communicateurs ».

Par ailleurs, il a rassuré, en informant que : « Je voudrais vous dire qu’il n’y a pas eu de mort, aucune source hospitalière n’a annoncé cela. Certes, il y a eu  les enfants qui ont présenté des effets secondaires, majorés par le fait que dans nos mœurs, dans nos coutumes, dans nos foyers certainement, à cause des moyens économiques souvent faibles, nos enfants ne déjeunent pas avant d’aller à l’école ».

Faisant son mea culpa, il a expliqué qu’ : « Il n’y a pas eu un battage médiatique suffisant pour présenter le produit à la population. Cette disposition fondamentale n’a pas été prise. Il fallait informer suffisamment la population, pour dire que cette fois on va donner aux enfants un médicament, mais qui va entraîner des effets. Ne vous inquiétez pas, ça ne tue pas ; au bout de quelques heures, ça passe. Mais, dans cette bataille médiatique, on devrait dire que si ces maladies ou cette maladie n’est pas soignée à temps, voilà ce à quoi votre enfant est exposé à l’âge adulte ».

Enfin, s’adressant aux journalistes : « Hier déjà, la population était calme. Soyez nos interprètes au niveau de la population, que nous sommes vraiment au regret de ce qui est survenu sur le terrain. Et dorénavant, ça ne se fera pas comme ça. Nous présentons nos regrets à la population, aux parents, aux enfants qui vont assurer la relève ».

A rappeler que ces rumeurs qui se sont propagées de bouche à oreilles, avaient semé la panique, poussant des parents à aller retirer les enfants des écoles,

Abdou Lory Sylla pur Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici