Mes chers compatriotes, J’ai constaté non sans regret sur le site guinee58.com, l’usurpation anonyme de mon identité personnelle sur la publication d’un article portant sur la rencontre tenue le 03 mars 2015 entre le collectif des Partis politiques et mouvements de la société civile Guinéenne de  France et SE Monsieur Amara CAMARA, Ambassadeur de la République de Guinée en France.

En effet, même s’il n’est pas dans mes habitudes de réagir face aux rumeurs, il m’a semblé nécessaire de le faire cette fois-ci en raison du contexte politique particulier de notre pays caractérisé par la manifestation de la calomnie et de la confusion totale entretenue par un certain nombre d’organe de presse, notamment le site d’information guinee58.com et ce, pour des raisons sans doute partisanes.

M’accuser de cette infamie de la part d’un organe de presse en ligne est un scandale médiatique, car cette attitude honteuse démontre à la face du monde l’amateurisme du comité de rédaction du site d’information guinee58.com.

Chers observateurs de la vie politique Guinéenne,

Le mardi 3 mars 2015, j’étais effectivement membre d’une délégation qui a été reçu par S.E Amara CAMARA, Ambassadeur de la République Guinée en France. Cette délégation constituée des représentants des partis politiques et mouvements de la société civile Guinéenne de France était composée de :

  1. Lancei KONATE Coordinateur TSA EUROPE
  2. Mariam BAH Représentante du PEDN
  3. Lansana BANGOURA Représentant de l’UFR
  4. Almamy KALOKO Vice Coordinateur TSA EUROPE
  5. Mohamed SOUMAH Trésorier TSA EUROPE
  6. Ousmane BALDE Représentant UFD
  7. Almamy Sékou SOUMAH Représentant GPT 

Nous avions inscrits essentiellement à l’ordre du jour de notre rencontre deux principaux points :

Premièrement, la question relative aux conditions de vies et de détentions de nos compatriotes vivant en Angola ;

Deuxièmement, la question relative à l’insécurité galopante et les assassinats ciblés en Guinée ;

Nous avions donc sollicité auprès de Monsieur l’ambassadeur, notamment les statistiques de nos compatriotes emprisonnés en Angola ainsi que les démarches entamées par l’Etat Guinéen et les responsabilités de celui ci dans ces deux préoccupations majeures pour le pays.

Dans ce cadre, l’ambassadeur nous a remerciés pour cette démarche citoyenne en nous précisant  que les deux sujets évoqués ne relèvent pas de ses attributions. Cependant, en sa qualité de représentant des Guinéens de France il nous a promis de transmettre nos différentes préoccupations au gouvernement Guinéen afin que les réponses appropriées puissent être trouvées.

Sans occulté qu’il y a eu une petite discussion entre Monsieur Lancei Konate et Monsieur l’ambassadeur en raison du fait que le premier était le porte parole de la délégation, je tiens à rappeler que ces deux personnes sont des amis d’antan qui se connaissent depuis quelques décennies et que leur discussion n‘a en aucun cas détourner l’objectif notre rencontre.

En lisant ce dimanche 22 mars 2015, l’article intitulé je cite : « Sékou TOURE vs Alpha CONDE : l’ambassadeur de Guinée à Paris, Amara CAMARA s’en prend vertement à un partisan de Sékou TOURE » sur guinee58.com signé de A. SOUMAH, je me suis fait le devoir d’appeler immédiatement Monsieur DIALLO qui est l’administrateur du site guinee58.com pour comprendre mieux sur l’identité de l’auteur et la source de cette désinformation.

Dans ce cadre, je lui ai précisé que j’étais le seul SOUMAH de la délégation dont le prénom commence par la lettre A et que je suis désagréablement surpris de voir sur son site un article signé à mon nom. En réponse, Monsieur DIALLO m’a dit je cite : « je ne peux pas vous donner l’identité de l’auteur, il y a beaucoup de SOUMAH, je confirme que ce n’est pas vous l’auteur, mais si vous voulez vous pouvez aussi faire un démenti et je publierai sur notre site ».

J’ai été profondément écœuré par cette réponse irresponsable d’un administrateur qui entretient volontairement la confusion en toute dépendance au moment où notre pays traverse une crise politique sans précédent. Or, j’imagine qu’un organe de presse perd toute sa crédibilité dès lors qu’il perd son indépendance. Ainsi donc, je laisse le soin aux internautes de se prononcer sur le caractère crédible des informations publiées sur guinee58.com au regard de cette publication injustifiée.

Je peux comprendre que SE Monsieur l’ambassadeur de Guinée en France ne soit pas admiré par la totalité des Guinéens de France, mais j’ose croire sans risque de me tromper que ce n’est pas une raison valable pour le diffamer par des articles de presse anonyme en usurpant l’identité des responsables politiques dans le but de créer la confusion au profit d’un parti politique contrairement à la déontologie du métier de journaliste.

Par ailleurs, j’espère que guinee58.com prendra les meilleures dispositions pour vulgariser ce démenti afin de mieux éclairer la lanterne de ses nombreux lecteurs parfois mal avertis par des informations anonymes infondées et sans sources crédibles.

Pour ma part, ceux qui pensent que cette affabulation va m’affaiblir ou me décourager dans ma démarche patriotique se trompent. Je vais plutôt redoubler d’ardeur dans le but d’être un des acteurs majeurs de l’alternance démocratique dans notre pays.

Je suis convaincu que les actions malsaines entreprises par les personnes mal intentionnées sont de nature à étouffer l’affirmation des talents jeunes pour empêcher l’émergence d’une nouvelle classe politique dans notre pays et jeter les bases d’une dynamique nouvelle de développement pour notre pays.

C’est pourquoi, j’invite la jeunesse Guinéenne à la vigilance et au sens élevé de responsabilité par rapport aux informations anonymes diffusées par des journalistes militants de guinee58.com qui sont malheureusement instrumentalisés par un parti politique dans le but de créer et entretenir la confusion dans le pays.

Jeunes de Guinée, après 56 ans d’indépendance,il est temps pour nous de passer de la réflexion à l’action, pour créer ensemble la Guinée de demain. Osons dire

Non à l’instrumentalisation,

Non à la confusion,

Non à la diffamation.

Nous avons la responsabilité de préparer la Guinée aux défis du monde qui l’entoure, et nous n’y parviendrons que si nous sommes rassemblés sur un projet à la hauteur de nos valeurs communes. Pour atteindre cet objectif ambitieux, les médias constituent notre principal cheval de bataille. Faisons en sorte qu’ils soient crédibles.

FAIT A PARIS, LE 22 MARS 2015

ALMAMY SEKOU SOUMAH

SECRETAIRE GENERAL DU COMITE NATIONAL DES JEUNES DU GPT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici