Le Général Sékouba Konaté, ancien président de la Transition Guinéenne, en perpétuelle pérégrination à travers le monde, vient de lâcher sa meute d’affidés pour aboyer sur moi. Et pour cause, la publication d’un article, sous ma plume, dénonçant son refus catégorique et obstiné de collaborer avec la Justice Guinéenne, dans le cadre de la manifestation de la vérité sur les tragiques événements du stade du 28 septembre en 2009, où des hordes barbares, à la solde du CNDD, avaient massacré près de 200 militants de l’opposition guinéenne, avant de violer à ciel ouvert des centaines de femmes.

Comme à l’accoutumée, le Général Sékouba Konaté étant intellectuellement plat et constipé, a fait recours à ses sous-mains, de mercenaires écrivaillons, qui n’ont ni l’outrecuidance, encore moins les couilles d’écrire à visage découvert, pour me couvrir d’insanités.

Aux avant-postes de cette sale besogne, un certain Tibou Kamara, à la réputation sulfureuse de pute de la presse guinéenne et ancien ministre d’état, secrétaire général à la présidence, un des valets du Général Sékouba Konaté, qui a  prêté sa plume à Diarra Kéita de Mafanco pour tenter de me vilipender. C’est peine perdue. Car comme disait l’autre, « A beau mentir, qui vient de loin », autrement dit, on peut facilement raconter des mensonges, et être cru, quand ce qu’on dit n’est pas vérifiable. Le fictif et indigne écrivassier, ‘’Diarra Kéita de Mafanco’’, “Soumaré de Washington” ou encore je ne sais  “Tafsir Kahn”, qui en réalité ne sont que  des noms d’emprunt de Thierno Mamadou Saliou Diallo, ancien et actuel DP du site www.guinea-forum.org et fondateur du site www.nouvelledeguinee.com, a entamé son  imposture en niant la présence de Tibou Kamara à la Hayes quand leur mentor et mécène, Sékouba Konaté devait déposer sa  fameuse liste de commanditaires militaires et civils du massacre du 28 septembre à la CPI.

Je signe et persiste qu’effectivement le mercredi 16 juillet, dans le but de déposer la fameuse liste des commanditaires militaires et civils du massacre du 28 septembre 2009 à la CPI,  le trio des affabulateurs de la République – Sékouba Konaté, Tibou Kamara et Thierno Mamadou Saliou Diallo- a pris place à bord du Thalys qui devrait les conduire de Paris aux Pays-Bas, comme on peut facilement les reconnaître sur cette photo qui en dit d’ailleurs long sur leur mauvaise foi.

Thierno Mamadou Saliou Diallo, cet amnésique et sûrement de lignée malhonnête, a implicitement avoué par ignorance la présence de Tibou Kamara  à la Haye   quand il écrit dans sa raillerie : « L’ancien ministre d’état, secrétaire général à la présidence n’a pas quitté son hôtel de Voorburg, dans la banlieue de la Hayes. »

Le comble de sa gredinerie intellectuelle, sur la page d’accueil de son blog www.nouvelledeguinee.com, Thierno Mamadou Saliou Diallo publie la même photo en  prenant soin de légender ainsi : « Le général Konaté et son ancien ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence, Tibou Kamara, à bord d’un Thalys en partance pour les Pays-Bas. » On y voit clairement le Général Sékouba  Konaté, flanqué de Tibou Kamara, feignant  de lire un livre.

Ceci étant précisé, Thierno Mamadou Saliou Diallo, je sais très bien que vous êtes venu trop jeune dans le vieux monde de la presse guinéenne, d’où votre égarement et perdition dans les labyrinthes d’anciens dignitaires de la junte militaire qui sont responsables de la catastrophique situation de notre pays aujourd’hui. Vous auriez bénéficié de circonstances atténuantes, si votre entêtement à engueuler les confrères journalistes n’était pas motivé par le gain d’émoluments du déshonneur dont vous faites preuve.

Pour revenir à la Justice Guinéenne, dont votre mentor fait fi pour s’embrouiller vers la Cour Pénale Internationale, sous prétextes fallacieux d’y déposer la liste des commanditaires du massacre du 28 septembre 2009, je vous aurai compris si vous aviez exhibé les preuves irréfutables d’inlassables efforts fournis par le Général Sékouba Konaté et son laquais de Tibou Kamara pour œuvrer au renforcement de la capacité institutionnelle de la Justice guinéenne.

Je vous laisse- Tibou Kamara et vous-même- assumer la responsabilité de vos propos. Quand vous écrivez, dans le but obstiné de défendre l’indéfendable, que « tous les magistrats guinéens sont vendus et corrompus », vous excluez tout de même de souligner que quand des hordes barbares, sans éducation de base, ni  formations solides, de l’acabit  du Général Sékouba Konaté, Capitaine Moussa Dadis Camara… font irruption sur la scène politique, armes au point pour s’emparer du pouvoir et faire régner la loi de la jungle, la justice du pays ne sera que le reflet de leurs images, comme nous avons malheureusement été amené à le constater à la mort du Général Lansana Conté, alors que la voie était librement ouverte à une succession constitutionnelle en Guinée.

Je vous défie- Sékouba Konaté et Tibou Kamara y compris,  de me prouver un seul acquis de la prise du pouvoir par cette bande d’éméchés en Guinée ?

Quand l’ordre de la pyramide est renversé, l’armée qui est chargée de défendre et de maintenir l’ordre dans un pays, ambitionne de jouer le rôle des politiques avec des armes, l’on se retrouve dans des situations qui sont celles de la Guinée aujourd’hui. Où tous les secteurs sont prioritaires. Tout est à refaire. Je vous rafraîchis la mémoire avec cet ancien chef de l’Etat africain qui avait dit que « Partout où l’armée passe, c’est le chaos et la désolation. »

Pour revenir au dossier du massacre du 28 septembre 2009, avant de bondir pour aller déposer une quelconque liste des commanditaires militaires et civils à la Cour Pénale Internationale de la Hayes, le Général Sékouba Konaté qui a été Président de la République, fut-elle de la Transition, et Tibou Kamara, ancien ministre d’état, secrétaire général à la présidence, devraient d’abord prouver leurs efforts communs d’avoir usé de tous les moyens légaux et loyaux à l’interne pour rendre Justice aux victimes de leurs forfaitures.

En demandant à votre Généreux donateur, le Général Sékouba Konaté de collaborer avec la Justice guinéenne dans ce dossier, c’est pour éviter qu’il ne se ridiculise aux yeux de la communauté internationale. Quand on sait qu’en matière des relations internationales, et surtout dans le cadre du  traité de Rome de 1998, consacrant la création de la CPI, il est clairement stipulé que « La Cour Pénale Internationale peut exercer sa compétence pour autant que l’État sur le territoire duquel l’acte ou que l’État dont le suspect est ressortissant, soit partie au statut ou ait accepté la compétence de la Cour. » Le même traité précise que « La Cour pénale internationale n’a pas pour but de se substituer aux tribunaux nationaux : elle est censée exercer sa compétence uniquement lorsque l’État ne veut pas ou n’est vraiment pas en mesure d’engager des poursuites. »

Thierno Mamadou Saliou Diallo, plumitif aux multiples pseudonymes -‘’Diarra Kéita de Mafanco’’, “Soumaré de Washington”, “Tafsir Kahn”- vous avez eu l’intrépidité  de vociférer et de déverser le venin de votre haine sur moi, contre des espèces sonnantes et trébuchantes, mais sachez que plus qu’hier, je suis requinqué et déterminer à affronter à visage découvert toute votre clique dans le cadre de la manifestation de la vérité dans quelques dossiers que ce soient en Guinée.

Seulement à honte vous, Thierno Mamadou Saliou Diallo, d’avoir pris vos jambes à votre cou, au cours d’une mission d’Etat en Suède, conduite par l’ancien ministre Papa Koli Kourouma, pour demander l’asile politique en France. Vous auriez eu la conscience tranquille si cette mission, qui vous a incontestablement permis de réaliser votre rêve, n’était pas financée par l’argent du contribuable guinéen.

Votre religion étant de continuer à criailler sur d’honnêtes compatriotes, tout en continuant à jalousement taire ce que vous faites de nuisible à vos concitoyens et à votre pays, dans les jours à venir, je m’emploierai à ce que le commun des Guinéens sachent qui vous êtes, et comment vous gagné l’autre rive au bord de la seine. Mais aussi le double jeu que vous jouez auprès du Général Sékouba Konaté dont vous êtes, en off the record, le premier pourfendeur.

En attendant cette mise au point, qui permettra sans aucun doute de vous connaître davantage, Thierno Mamadou Saliou Diallo, au-delà de la petitesse de votre cervelle, souffrez d’avoir la dignité et l’honnêteté de vous exprimer à visage découvert quand vous parlez des grands dossiers et événements de la Guinée.

Pour terminer, je vous conseille de partager cette pensée de Mario Vargas Llosa dans ‘’Les cahiers de Don Rigoberto’’ : « L’imbécillité me semble respectable si elle est génétique, héritée, pas si elle vient d’un choix, d’une prise de position délibérée. A suivre dans le prochain titre : qui est réellement Thierno Mamadou Saliou Diallo ?

SACKO Mamadou

 

Publicités

Laisser un commentaire