Dans un communiqué signé de la présidente du Comité de Normalisation de la Fédération Guinéenne de Football (CONOR), Mme Mariama Sy himself, l’instance qui gère le football guinéen a regreté l’envahissement de la pelouse du stade Général Lansana Conté de Nongo, lors du match Guinée – Malawi qui s’est joué le jeudi 9 juin 2022 dans le cadre des éliminatoires de la CAN Côte d’Ivoire 2023.

Il faut rappeler que Mme Sy signe rarement les communiqués du CONRO, mais cette fois-ci, elle a tenu à informer « l’opinion nationale et internationale, que le ministère en charge des Sports et toutes les parties concernées par l’organisation du match se réuniront dans les meilleurs délais pour évoquer ce malheureux incident. Une enquête sera menée pour fixer les degrés de responsabilité et les leçons seront tirées afin d’éviter que cela ne se reproduise ».

La présidente du CONOR a annoncé que son institution se « tient aux conclusions de cette enquête. Il invite les acteurs du football à la retenue et le public sportif à plus de fair-play ».

Elle rassure dans son communiqué également que les « efforts ne seront pas ménagés afin d’éviter au public guinéen d’être privé du bonheur de voir le Syli national jouer en Guinée ».

Cette position officielle du CONOR, comme le rappelle le communiqué de Mme Mariama Sy, contraste avec celle de son vice-président, Sega Diallo.

Dans la presse, ce dernier sans ménagement avait accusé la société gestionnaire du stade de Nongo.  « On a créé des incidents juste pour justifier sa suspension (la CAF menace de suspendre le stade, NDLR) par autre chose que par cet état de fait. Mais les Guinéens ne sont pas dupes La Confédération Africaine de football va adresser un courrier qu’on mettra à disposition. On situera la responsabilité. Et le gouvernement prendra des dispositions. On ne peut pas dépendre de quelqu’un. Nous sommes un Etat. Une personne ne peut pas pouvoir caporaliser le fonctionnement du football dans notre pays. Le CONOR n’acceptera pas. Nous ferons en sorte que les textes soient respectés. En tout cas, sur les compétitions nationales, on va devoir subir, parce que latitude de la direction du stade est indigne d’une structure qui travaille pour l’état guinéen. Ce n’est pas possible qu’on laisse passer des choses comme ça. Si la direction du stade se comporte comme ça, se comporter comme des délinquants, on prendra des disposition », s’est déchargé Sega Diallo.

Avant de trancher que cet « envahissement du stade est principalement dû au fait que le Groupe SAM GBM ait refusé d’ouvrir les portes à midi ».

Pour tout dire, un malaise se fait sentir à la tête du CONOR. Et cela se fait remarquer par ces communiqués qui changent de signatures. Le premier communiqué était signé de la fédération guinéenne de football, comme d’habitude. Et le deuxième par la présidente du CONOR.

Thierno Abdoul Barry pour guinee7.com