L’équipe nationale de Guinée s’apprête à entamer les éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations 2023 au mois de Juin. Participer à la prochaine messe du football africain, c’est la principale mission assignée au sélectionneur national, Kaba Diawara. Sauf que les intrigues guinéo guinéennes risquent de ne pas mettre toutes les chances de notre côté.

Contrairement à ce qu’on est emmené à croire, la Guinée évoluera dans un groupe des éliminatoires très relevé, en compagnie de l’Égypte (finaliste de la dernière édition de la CAN), de l’Éthiopie et du Malawi qui ont tous réussi à sortir des poules lors de la même compétition. C’est dire que c’est un travail gigantesque qui attend Naby et ses coéquipiers. Au lieu donc de fournir des efforts communs afin de faciliter cette campagne, certains Guinéens pour des questions d’intérêt personnel sont en train de menacer la présence du Syli à la prochaine édition de la CAN tout près de nous, en Côte d’Ivoire.

Comment comprendre que de Conakry, plusieurs interpellations aient été faites au niveau de la Confédération africaine de football sur « la qualité de l’infrastructure devant accueillir les matchs du Syli national » ? Autrement dit, le stade GLC de Nongo. Quelles chances avons-nous de gagner des matchs que nous recevons sur d’autres installations que les nôtres ? Ça dérange qui que le Syli joue à Conakry sur l’unique stade homologué de la Guinée ? Stade homologué OUI, car le dernier représentant guinéen en campagne africaine y a joué ses matchs, les matchs (à domicile) des éliminatoires de la Sierra Leone voisine sont programmés sur le même stade (Sierra Leone vs Guinée-Bissau le 13 juin), le Syli jusqu’à preuve du contraire a ses matchs à domicile programmés au GLC. Bien entendu, le stade est un édifice à entretenir…Et les travaux n’y manquent presque jamais.

Aidez-nous à comprendre les intentions de ceux qui, sans cesse, veulent coûte que coûte éloigner le patrimoine national (Syli) de son peuple.

Focus de guinee7.com