C’est balais en mains que les travailleurs de l’Agence nationale de l’assainissement et de la salubrité publique (ANASP) ont marché à Kaloum ce lundi. Pour réclamer leurs indemnités, ils étaient face au palais Roi Mohamed 5, siège de la présidence de la Transition.

Ensuite, ils ont été reçus par Mme M’mahawa Sylla, gouverneur de la ville de Conakry qui leur a demandé de « garder patience ».

Elle leur a dit qu’au lieu de marcher, ils auraient dû privilégier les négociations et qu’elle allait faire de son mieux pour qu’ils soient « rétablis dans leurs droits », en transmettant leur revendication à qui de droit.

« Nous savons ce que vous faites. Mais la nouvelle autorité n’est pas responsable de ça. Vous n’êtes pas les seuls dans cette situation. Il y a trop de dette à rembourser. Donc on va y aller doucement. Un moment, vous avez pu remarquer qu’on faisait le redémarrage du SPTD. Si cela se concrétise, nous n’allons pas chercher d’autres personnes. Nous allons faire un test et embaucher ceux qui seront valides parmi vous. Parce vous vous connaissez déjà le travail. Mais je ne dis pas que c’est dans ça que vous allez récupérer votre indemnité. Donc patienter. Nous savons que vous êtes là », a-t-elle conseillé.

Au sortir de cette rencontre avec la gouverneure, Mamadou Yero Traoré, porte-parole des travailleurs de l’ANASP, a accepté la proposition de la gouverneure. « Elle nous a appelés et a fait son travail. Elle s’occupe toujours de notre situation. Mais, ce n’est pas elle qui nous doit. Si nous pouvons avoir cet argent aujourd’hui, nous serons vraiment contents. Mais puisqu’elle nous dit d’attendre, on attendra. Mais désormais si elle ne nous appelle pas, on sait qu’on n’a pas le droit d’aller à la présidence. Mais nous viendrons ici », a-t-il fait savoir.

Ils seraient au nombre de 408 et certains travaillent pour l’ANASP depuis 30 ans.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com