J’ai  fait un article intitulé Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo découverte surprenante, j’ai posté l’article sur le Forum TousGuinéens et le chiffre 4 a fait des victimes. Un article doit-il confisquer nos plumes et nous empêcher de dire les choses comme on les conçoit?

Quand un simple article de recherche qui parle d’un homme réveille l’éternel chiffre 4 guinéen jusqu’à l’exclusion d’un guinéen au Forum TousGuinéens, je crois que directement ou indirectement, j’ai ma part de responsabilité. Puisque sans cet article, le sieur Oumar DA2 resterait fort probablement encore aujourd’hui membre du Forum.

A lire l’administrateur du forum Monsieur Zoumanigui sur ces mots : « Depuis sa création en 2010, jamais aucun membre du forum n’a été exclu du forum sur décision des administrateurs ……. C’est donc avec regret que je me vois, en ma qualité d’Administrateur principal de ce forum, d’exclure (et c’est la première fois que cela arrive dans ce forum depuis sa création) notre frère Oumar DA2 de ce forum. Il n’adhère pas à l’esprit de ce forum; il ne pourra y être maintenu. »  Je culpabilise  encore plus et  me demande si ce n’est pas un tort de faire une analyse en Guinée? Cinq ans depuis sa création, si mon article est le premier à créer de tel désagrément, je crois qu’il y a de quoi à culpabiliser.

Dans la posture d’observateur, j’ose croire avec une certitude mathématique que l’horizontalité et la verticalité  des problèmes guinéens sont parrainées et  gouvernées par le chiffre 4.

Oui le problème guinéen s’appelle chiffre 4!

-Du moment qu’on a accepté la division de la Guinée en 4 régions naturelles ;
-Du moment qu’on a accepté d’influencer l’appareil exécutif par les 4 coordinations régionales ;
-Du moment  que chaque leader politique fait d’une des 4 communautés son aide de camp ;
-Du moment que la grande Guinée est divisée en 4  petites guinées et que chaque guinéen  se reconnait  en une petite guinée ;
-Du moment   qu’un leader d’opinion pense qu’il faut se servir de l’une des petites guinées  pour réussir son pari sur les 3 autres petites Guinées, nous pouvons être sûr d’être pris au piège du chiffre 4, chiffre de la terre, contraire du ciel et siège du Satan  et chiffre de la femme, contraire de l’homme et symbole de la désobéissance.

La guinée ne réussira jamais son combat de réconciliation nationale, si elle n’isole ou ne positive  le chiffre 4. Quand un guinéen (X) traite les guinéens de mangeurs de singe ou de djabèrè, ou de ras ou encore de souries, il peut être sûr de ne blesser aucun guinéen dans sa dignité, puisque lui-même qui traite les autres est guinéen, donc il est aussi mangeur des mêmes choses. Mais quand  le guinéen (Y) traite les guinéens d’une région de la Guinée dont il n’est pas originaire, de mangeurs de singe, djabèrè, ras ou souries, il peut être sûr d’offenser un groupe de guinéens dans leur dignité.

Il faut que le guinéen apprenne à parler aux guinéens et non aux régions naturelles. Il faut que le guinéen sache qu’établir une analyse sur un guinéen n’est pas synonyme d’établir une analyse sur une région naturelle. Face à une analyse, il faut que le guinéen apprenne à briller par une contre analyse objective et non par les injures.

Si l’histoire a fait de nous des esclaves du chiffre 4, révisons alors l’histoire pour réussir le pari du futur avec le chiffre 4.

Pr. Guillaume Hawing, Conférencier d’Honneur

Publicités