Mohamed Ibn Chambas

L’Envoyé  Spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies en Afrique de l’Ouest Mohamed Ibn  Chambas garde l’espoir sur un dénouement heureux de la crise sociopolitique qui mine notre pays. Il l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse tenue mardi dernier,  sanctionnant ainsi  ses consultations avec les différents acteurs impliqués dans le processus électoral, qui selon lui ont tous  montré leur prédisposition  pour une reprise du dialogue inter guinéen.

Lors de sa conférence de presse, le diplomate onusien a déclaré devant la presse avoir ‘’exhorté la classe politique à aplanir ses divergences  pour parvenir à des solutions consensuelles, en vue  de maintenir un climat politique et social apaisé à même de préserver la stabilité du pays et des institutions’’.   Mohamed Ibn Chambas a tenu à rappeler  ‘’qu’environ 5 mois seulement nous séparent de l’expiration du mandat présidentiel en cours. Ce qui selon lui conduit à  la nécessité d’organiser l’élection présidentielle si l’on veut être  conformes avec les dispositions constitutionnelles.’’

Pour cela, il faudrait d’après le diplomate démarrer  le dialogue,  dans l’urgence’’.  Il dit compter pour cela sur  ‘’l’engagement  des acteurs politiques qui  font prévaloir leur disposition  à  faire des compromis pour que  des élections  présidentielles, communales et locales crédibles soient tenues dans un climat apaisé.’’

Mohamed Ibn Chambas a insisté sur le fait que « c’est autour de la table que les deux camps peuvent résoudre leurs différends. C’est bien qu’ils soient tous engagés pour s’asseoir et discuter. C’est important d’aller dans les détails et trouver des compromis », a-t-il recommandé.

L’Envoyé Spécial de Ban Ki-moon n’a pas manqué de rappeler que la CENI et les services de l’Etat impliqués dans l’organisation des élections doivent ‘’améliorer la communication électorale et la lisibilité de toutes les opérations électorales, avec l’appui de l’assistance technique internationale.’’

Dans un communiqué publié le 1er juin dernier,  le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), rappelait que dans le contexte de la lutte contre la maladie d’Ebola, l’échéance électorale présidentielle que connaîtra la Guinée sera cruciale pour la consolidation de l’unité nationale, la stabilité et la prospérité du pays.
« Les Nations Unies ainsi que les partenaires régionaux et internationaux sont déterminés à aider les Guinéens et l’administration électorale à organiser des élections crédibles, transparentes afin de permettre à la Guinée d’affronter les défis du développement post Ebola, d’une manière sereine et efficace », selon  M. Ibn Chambas.
A rappeler que le contexte qui prévaut autour de l’organisation  du  scrutin présidentiel du 11 octobre 2015 est très  tendu. L’opposition ayant réclamé l’annulation de ce chronogramme électoral, au profit de celui des élections locales, renvoyé lui à la fin du premier trimestre de 2016.

Un brin d’espoir se dessine toutefois, avec l’implication de la communauté internationale, à travers les Nations Unies et l’OIF,  qui promettent d’accompagner la Guinée, jusqu’à la fin des échéances électorales, afin de prévenir tout enlisement de la situation.

Aliou Sow, L’Indépendant

Publicités

Laisser un commentaire